Fatick24

La Lumière de l’Actualité Régionale

Approche multidisciplinaire dans la lutte contre le cancer préconisée par Thérèse Faye Diouf

La ministre du Développement communautaire, de l’Équité sociale et territoriale, Thérèse Faye Diouf, a mis en avant ce samedi la nécessité de privilégier une approche multidisciplinaire dans les initiatives visant à lutter contre les cancers du sein et du col de l’utérus.

Présidente de la cérémonie de célébration de la campagne « Octobre rose » à Dakar, Thérèse Faye Diouf a souligné l’ampleur du défi que représentent les cancers du sein et du col de l’utérus, en injecté : « La lutte contre ces cancers interpelle l ‘ensemble de la société’. Cette campagne s’est articulée autour du thème « Cancers et fistules chez les femmes : Comment lever les barrières économiques et socio-culturelles. »

La ministre a souligné qu’en raison de la multiplicité des facteurs de risque, les interventions doivent adopter une approche pluridisciplinaire en mobilisant l’ensemble des parties impliquées. Concrètement, cela implique de s’attaquer aux barrières économiques et socio-culturelles liées aux cancers et aux fistules chez les femmes, en mettant en œuvre des actions dans divers domaines.

Thérèse Faye Diouf a énuméré ces actions, dont la sensibilisation et l’éducation à la santé, la remise en question des contraintes culturelles, le renforcement des capacités, l’accès aux soins de santé, le financement et l’assurance santé.

Elle a souligné le rôle crucial des hommes en tant que partenaires, frères et pères, dans l’encouragement des femmes de leur entourage à prendre soin de leur santé.

La ministre a rappelé que les cancers du sein et du col de l’utérus font partie des problèmes de santé les plus préoccupants pour les femmes au Sénégal. Malheureusement, l’ignorance et le manque de ressources entravent souvent leur prévention et leur dépistage précoce, d’où l’importance particulière de la campagne « Octobre rose » dans le pays.

Face à cette situation, Thérèse Faye Diouf a évoqué que le coût du traitement, en moyenne de 2 500 000 francs CFA, devient exorbitant pour les patients et leurs familles, en particulier dans un pays où la majorité de la population travaille dans le secteur informel. et ne bénéficie pas toujours d’une couverture maladie.

Pour faire face à ce défi, la ministre a indiqué que le ministère de la Santé, par le biais de l’Agence nationale de la couverture maladie universelle, s’engage dans une dynamique de sensibilisation vis-à-vis de ce problème de santé majeure.

Rokhaya Badiane, coordinatrice de la cellule genre de l’Agence nationale de la couverture maladie universelle, a précisé que l’initiative vise à apporter une aide aux femmes atteintes de cancers du col et du sein, et a constaté que 300 femmes ont été dépistées cette année. Elle a souligné que des réflexions sont en cours pour intégrer les préoccupations des femmes concernant les cancers du sein et du col de l’utérus dans le paquet de base, tout en cherchant à lever les barrières socio-économiques et socio-professionnelles pour leur permettre de recouvrer leur dignité.

Fatick24.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d