Amadou Ba Lance un Programme de Soutien de 500 Millions de Francs CFA pour la Lutte Sénégalaise

Amadou Ba Lance un Programme de Soutien de 500 Millions de Francs CFA pour la Lutte Sénégalaise

Ce Samedi , le Premier ministre Amadou Ba, également ministre des Sports, a créé l’événement à Dakar en dévoilant un ambitieux projet de soutien à la lutte sénégalaise. Doté d’une somme impressionnante de 500 millions de francs CFA, ce mécanisme vise à propulser l’économie autour de ce sport emblématique.

Lors de la cérémonie de lancement, Amadou Ba a expliqué l’objectif de cette initiative : « Nous officialisons aujourd’hui ce mécanisme de garantie en faveur des promoteurs, visant à promouvoir l’organisation régulière de combats, dans le but de stimuler une véritable économie liée à la lutte. » Parmi les invités de marque figuraient des personnalités de la lutte, dont le roi des arènes actuel, Modou Lo.

Le King Fahd Palace a été le cadre prestigieux de cet événement, auquel ont assisté des ministres influents tels que la ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération, Oulimata Sarr, ainsi que le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène Publique, Abdoulaye Seydou Sow. Également présents étaient Thérèse Faye Diouf, administratrice générale du Fonds de Garantie des Investissements Prioritaires (FONGIP), et Ibrahima Bira Sène, le président du Comité National de Gestion de la Lutte (CNG).

Le Premier ministre a rendu hommage aux promoteurs de la lutte pour leurs « nombreux sacrifices consentis » en faveur du développement de ce sport au Sénégal. Il a également souligné l’importance du rôle du CNG, affirmant qu’il déploie d’énormes efforts pour capitaliser sur les acquis et renforcer la position de la lutte sénégalaise à l’échelle nationale et internationale.

Ce mécanisme novateur sera géré par le FONGIP, prolongeant ainsi le soutien de l’État au secteur privé, en particulier aux promoteurs de lutte. Thérèse Faye, administratrice générale du FONGIP, a détaillé les critères d’éligibilité pour les promoteurs souhaitant bénéficier de ces fonds de financement. Ils doivent être enregistrés au Registre du Commerce et du Crédit Mobilier (RCCM), posséder un numéro d’identification fiscale (NINEA) valide, ainsi qu’une licence de promoteur de lutte en cours de validité. Elle a également précisé que le montant maximum du prêt est de 40 millions de francs par promoteur, remboursable sur une période de 12 mois, avec un taux d’intérêt de 8%.

Le président du CNG a qualifié cet accord de « historique » et a souligné qu’il contribuera à dynamiser le secteur de la lutte en augmentant les activités. Ibrahima Bira Sène a également encouragé les promoteurs à utiliser judicieusement les prêts contractés, en respectant les délais de remboursement.

Lors de cette réunion, le FONGIP a signé des conventions de partenariat avec le Comité National de Gestion de la Lutte, le Partenariat pour la Mobilisation de l’Épargne et du Crédit (PAMECAS) et le MICROSEN, afin de mettre en œuvre la ligne de garantie. Cette initiative promet de propulser la lutte sénégalaise vers de nouveaux sommets.

Fatick24.net

Avatar de Redaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *